AccueilCultureQuel auteur a écrit un texte avec "tantôt l'Un, tantôt l'Autre et...

Quel auteur a écrit un texte avec “tantôt l’Un, tantôt l’Autre et les deux à la fois.” ?

La question concernant l’auteur du texte comportant “tantôt l’Un, tantôt l’Autre et les deux à la fois” revient sans cesse. La réponse à cette question nécessite une recherche, peut-être même une fouille des œuvres littéraires du passé.

Cette phrase nominale a bel et bien été retrouvée à la fin d’un poème, plus précisément d’un sonnet du XXe siècle. Il s’agit du Sonnet à l’Androgyne écrit par Renée Vivien et retrouvé aux pages 21 et 22 de son recueil Évocations paru en 1903.

À quel texte doit-on “tantôt l’Un, tantôt l’Autre et les deux à la fois.” ?

“Tantôt l’Un, tantôt l’Autre et les deux à la fois” représente le quatorzième vers du Sonnet à l’Androgyne écrit par la célèbre poétesse Renée Vivien en 1903. Ce sonnet est le neuvième texte d’un recueil de 59 poèmes publié sous le nom Évocations avec pour éditeur Alphonse Lemerre.

Il n’existe pas à ce jour une interprétation qui reflète l’esprit d’écriture de ce sonnet. Il faut savoir qu’il peint les traits d’un être double avec des traits caractéristiques d’un homme et d’une femme à la fois.

Ces quelques mots, tirés du sonnet, témoignent bien de cela : “comme elle, comme lui, prince, vierge”. Ce sonnet, comme la plupart des poèmes de ce recueil, rentre dans les thématiques de Renée Vivien.

signature rene vivien

Qui est Renée Vivien ?

Renée Vivien ou R. Vivien ou René Vivien, ces trois noms font référence à la même personne, mais il s’agit encore là d’un nom de plume, de pseudonymes.

La vraie identité de Renée Vivien

Le vrai nom de l’auteur du Sonnet à l’Androgyne est Pauline Mary Tarn. Il s’agit d’une poétesse et écrivaine britannique par son père, John Tarn, américaine par sa mère, Mary Gillet Bennett. Elle avait une sœur du nom d’Harriet Antoinette Tarn.

Pauline a vu le jour à Londres le 11 juin 1877 et est morte à Paris en France le 18 novembre 1909 dès suite d’une maladie pulmonaire. Sa dernière demeure située dans le cimetière de Passy dans le 16e arrondissement de Paris reçoit jusqu’à aujourd’hui la visite de nombreux écrivains des temps modernes. Cela témoigne de sa notoriété qui a traversé les époques.

Sous quels autres pseudonymes est-elle connue ?

En dehors de Renée Vivien, plusieurs pseudonymes populaires et noms de plume ont été adoptés par la poétesse. Il existe au moins cinq autres pseudonymes connus.

Il s’agit de :

  • Sapho 1900 ;
  • Paule Riversdale ;
  • Muse des violettes.

Le pseudonyme Sapho 1900 découle de son genre littéraire. Renée Vivien a écrit une autobiographie dans laquelle elle révèle de façon pas très discrète le fait d’être lesbienne. La première écriture sur l’attirance d’une femme envers une autre est attribuée à Sapho une poétesse grecque qui vivait dans la ville de Lesbos.

Depuis la Grecque antique, il a fallu attendre Renée Vivien pour en entendre parler. C’est pour cette raison qu’elle est surnommée Sapho 1900 pour dire la Sapho des années 1900.

Le pseudonyme Paule Riversdale est attribué à la fois à Pauline Mary Tarn et à Hélène de Zuylen, sa conjointe de 1901 à 1909. Ce surnom est attribué à dix œuvres littéraires que les deux femmes poétesse auraient écrites ensemble.

Renée Vivien est également connue pour son amour envers la fleur “violette” dont elle ne manque pas de faire l’éloge dans ses écrits. C’est la raison pour laquelle elle a été surnommée la Muse des violettes.

Les relations amoureuses de Renée Vivien

Lesbienne assumée, Renée Vivien a connu durant sa courte existence trois femmes et a été en couple deux fois. Elle a d’abord été en couple avec Nathalie Barney. Cette relation l’a énormément bouleversé, car cette dernière collectionnait les femmes.

Ce qui à la longue a poussé Renée à la quitter sans possibilité de retour. Malgré les nombreuses tentatives de Nathalie pour revenir, leur relation est restée au point mort.

Après cette relation bouleversante, Renée a connu dès 1901 Hélène de Zuylen avec qui elle a créé l’auteur Paule Riversdale. Richissime femme avec une notoriété sociale pas des moindres, Hélène a plutôt cherché à garder leur liaison secrète, surtout qu’elle était mariée et mère de deux enfants. Les deux amoureuses ont quand même pu vivre leur amour à travers des voyages courant 1902 à 1907.

Bien que secrète et discrète, la relation entre les deux femmes était connue de Jean-Charles-Brun, un ami journaliste de Renée. Celle-ci l’informe à travers des lettres qui aujourd’hui font partie de la bibliographie de la poétesse.

Pendant qu’elle se considérait mariée à Hélène, Sapho 1900 a entamé une relation avec une admiratrice au départ secrète, mais qui après s’est révélée être Kérimé Turkhan Pacha. Entre les deux amantes, des lettres circulaient avec des rencontres secrètes. Femme d’un diplomate turc, Kérimé a dû partir pour Saint-Pétersbourg, signant l’arrêt de leur union non officielle.

Le vécu de René et sa mort

Les nombreuses pertes qu’a connues le génie de la littérature dans la gent féminine ajoutées aux attaques de certains poètes de cette époque l’a profondément atteint. Elle a fait l’objet de médisances pour le fait d’être et d’afficher son homosexualité. Déprimée, elle s’est mise à boire.

Ce qui va altérer son état de santé. Elle a fait une tentative de suicide qui a eu des séquelles remarquables sur ses poumons, menant à sa mort en novembre 1909.

place vivien

Comment a fait Renée Vivien pour traverser les époques ?

Le nom de Renée Vivien est resté vivant dans les mémoires à travers deux choses : une place dans le quartier du Marais dans le troisième arrondissement de Paris, la Place Renée Vivien et un prix de littérature, le prix Renée-Vivien.

Créé par Hélène dès 1935, ce prix va connaître une histoire discontinue avec des arrêts puis des reprises. Décerné au départ uniquement aux femmes dont la plume captive ou rappelle le style de Renée, le prix Renée-Vivien récompense désormais homme ou femme dont les œuvres permettent de pérenniser l’héritage de Sapho 1900.

Trois personnes ont été à l’origine et à la pérennisation de ce prix : Hélène de Zuylen puis Natalie Barney et enfin Claude Évrard. Depuis 1994, le prix est décerné par l’Académie de Renée-Vivien. Parmi les poètes ayant reçu ce prix, il y a Lucie Delarue-Mardrus, Louise de Vilmorin, Germaine Beaumont, etc.

Quelles sont les autres œuvres de Renée Vivien ?

Renée Vivien est une écrivaine qui a commencé très tôt l’écriture. Parmi ses œuvres, il y a son journal intime dont le début remonte en 1893. Plus de 500 poèmes de Renée ont été publiés dans 12 recueils, ajoutés à sept volumes de prose et à des Nouvelles qui constituent les écrits réels publiés par l’auteure elle-même.

Ses correspondances avec ses amoureuses et avec son ami journaliste Sony sont également considérées comme faisant partie de ses œuvres. Renée a aussi traduit et publié deux œuvres de la mère du lesbianisme, Sapho.

Parmi les recueils de poèmes de Renée Vivien, tous parus aux éditions Alphonse Lemerre, il y a : Études et préludes en 1901, Cendres et poussières en 1902, Évocations en 1903, La Vénus des aveugles en 1904, … pour ne citer que ceux-là.

Parmi les proses, vous retrouverez : Brumes de Fjords (1902), Du vert au violet (1903), etc parues aux mêmes éditions que les recueils ainsi que les nouvelles. Parmi ces dernières, il y a Une femme m’apparut, La dame à Louve, parue en 1904.

Le texte avec “tantôt l’Un, tantôt l’Autre et les deux à la fois” est le Sonnet 0 l’Androgyne dont l’auteur est Renée Vivien, une icône dans la déclaration au grand jour de l’amour pour les lesbiennes.

━ Articles populaires

━━━━ Articles dans la même catégorie