AccueilEconomieQui est Michael Burry, cet investisseur américain ?

Qui est Michael Burry, cet investisseur américain ?

Il y a des personnes dans le monde dont les réalisations impactent plus d’un. C’est le cas de cet investisseur américain Michael Burry. Titulaire de l’université de Californie, aussi bien en économie qu’en médecine, investisseur hors pair, il savoure un repos bien mérité dans sa Californie natale.

Présentation du parcours de Michael Burry

Michael Burry est un Américain, né le 19 juin en 1971, à San José en Californie. À cause d’un rétinoblastome, il a perdu son œil gauche à l’âge de deux ans. Il porte depuis une prothèse oculaire. Une fois adolescent, l’américain Michael Burry a fréquenté le lycée Santa Teresa.

Après l’obtention de son baccalauréat, il a fait des études en économie et en médecine à l’Université de Californie à Los Angeles. Après plusieurs années d’études, Michael a obtenu un doctorat en médecine de la Vanderbilt University School of Medicine.

Il a continué une résidence en pathologie au Stanford University Medical Center, mais n’a pas pu terminer. Durant tout ce temps, il faut rappeler que la nuit, Michael Burry faisait des investissements financiers en tant que passe-temps.

Bien qu’il ne pratique pas dans ce qu’il a étudié à l’université, l’investisseur américain a conservé sa licence de médecin active auprès du Medical Board of California.

Michael Burry : Ce qu’il faut retenir de sa carrière d’investisseur

Après ses études de médecine, Burry fut résidant en neurologie, puis résident en pathologie à l’hôpital de Stanford. Il partit pour créer son propre fonds spéculatif. Il s’était déjà bâti sa réputation d’investisseur, grâce à son succès dans l’investissement axé sur la valeur, dont il a parlé sur les babillards électroniques, du site de discussion sur les actions Silicon Investor depuis 1996.

Ses choix d’actions ont été très réussis, attirant l’intérêt d’investisseurs de premier plan, comme :

  • Vanguard ;
  • White Mountains ;
  • Insurance Group.
entreprise

Mis à part ces investisseurs, ses choix d’action ont également attiré d’éminents investisseurs, tels que Joel Greenblatt. Il faut noter que l’américain Michael Burry a une compréhension strictement traditionnelle de la valeur.

Il a dit plusieurs fois que son style d’investissement est basé sur le livre de 1934 de Benjamin Graham et David Dodd. Il s’agit du livre, Analyse de sécurité : « Toutes mes sélections de titres sont basées à 100 % sur le concept d’une marge de sécurité. »

En novembre 2000, après avoir fermé son site web, l’investisseur Burry a lancé le fonds spéculatif Scion Capital, financé par une succession de prêts de sa famille. Il l’a dénommé, d’après Terry Brooks « The Scions of Shannara (1990), l’un de ses romans préférés.

Très rapidement, il a fait des profits extraordinaires pour ses investisseurs. Selon l’auteur Michael Lewis, au cours de sa première année complète, 2001, le S&P 500 a chuté de 11,88 %. Scion a augmenté de 55 %.

Michael Burry a pu s’en sortir, en vendant à découvert des actions technologiques, surévaluées au plus fort de la bulle internet. L’année qui a suivi, le S&P 500 chute de nouveau, avec une perte de 22,1 %, tandis que Scion progresse à nouveau avec 16 %.

L’année suivante 2003, le marché boursier s’inverse finalement en hausse de 28,69 %, mais Burry bat encore le record avec un rendement de 50 %. À la fin de l’année 2004, il gérait plus de 585 millions d’euros et a refusé tout financement.

Arrivé dans les années 2005, Michael Burry a commencé à se concentrer sur le marché des prêts hypothécaires à risque. À l’aide d’une de ses analyses des pratiques de prêt hypothécaire en 2003 et 2004, il a correctement prédit que la bulle immobilière s’effondrerait dès 2007.

Ses recherches sur les valeurs immobilières résidentielles l’ont amenée à croire que les prêts hypothécaires à risque, en particulier ceux à des taux d’intérêt ‘teaser’, et les obligations basées sur ces prêts hypothécaires, commencent à se déprécier.

Cela arrive lorsque le taux d’intérêt initial serait remplacé par un taux plus élevé, généralement dans un délai de seulement deux ans après son lancement.

Cette découverte l’a amené à vendre à découvert le marché, persuadant Goldman Sachs et d’autres sociétés d’investissement de lui vendre des swaps sur défaillance de crédit contre des accords de subprime qu’il jugeait vulnérables.

Lors de ses paiements pour les swaps sur défaillance de crédit, Michael Burry a subi un soulèvement des investisseurs. Certains investisseurs de son fonds, craignant que ses prévisions soient inexactes, ont exigé le retrait de leur capital.

En fin de compte, l’analyse de Burry s’est avérée correcte et il a réalisé près de 97 millions d’euros de bénéfices personnels et plus de 683 millions d’euros de bénéfices d’investisseurs restants.

Scion Capital a finalement enregistré un rendement de 489,34 nets des frais et dépenses entre le 1er novembre 2007 et le lancement en juin 2008. Le S&P 500, largement considéré comme la référence du marché américain, a rapporté un peu moins de 3 % dividendes compris sur la même période.

D’après son site internet, Burry a liquidé ses courtes positions sur swap sur défaillance en avril 2008 et n’a pas bénéficié de renflouements en 2008 et 2009. Il a liquidé son entreprise pour se concentrer sur ses investissements personnels.

Dans un éditorial du 3 avril 2010 pour le New York Times, Michael Burry a fait valoir que toute personne, ayant étudié les marchés financiers en 2003, 2004 et 2005, pouvaient reconnaître les risques sur le marché des prêts hypothécaires à risque.

Il a accusé les régulateurs fédéraux de ne pas tenir compte des avertissements de l’extérieur du cercle fermé des conseillers. Arrivé en 2013, Michael a rouvert son fonds spéculatif, cette fois appelé Scion Asset Management, pour déposer en tant que California Active Exempt Reporting Advisor (ERA) et obtenir l’approbation de la SEC. Il a concentré la majeure partie de son attention sur l’investissement dans l’eau, l’or et les terres agricoles.

Il a déclaré : ‘L’eau douce et propre ne peut pas être tenue pour acquise. Des années plus tard, des informations sur le portefeuille Scion de 13 F ont été déposées du quatrième trimestre de 2015 au troisième trimestre de 2016, comme l’exige la SEC, lorsque les avoirs du fonds dépassent 100 millions de dollars.

Plus de deux ans plus tard, le 14 février 2019, Scion Asset Management a déposé un autre dossier de 13 F, montrant que Burry détient de nombreuses actions à grande capitalisation et plus de 100 millions d’euros d’actifs 13 F sous gestion, légèrement au-dessus du seuil de dépôt.

En août 2019, Bloomberg News a cité un e-mail de Michael Burry, indiquant que les actions des grandes entreprises américaines étaient dans une bulle, en raison de la popularité de l’investissement passif et sont devenues orphelines des titres de plus petites valeurs dans le monde.

Selon un tweet maintenant supprimé, Berry a établi une ou plusieurs courtes positions sur Tesla avant ou vers début décembre 2020, et pourrait avoir augmenté sa courte position, après que la capitalisation boursière de Tesla a dépassé Facebook.

Michael prédit que l’action Tesla s’effondrerait, comme une bulle immobilière, affirmant que ‘mon dernier gros short devient de plus en plus gros’ et se moquant des taureaux Tesla pour ‘en profiter tant que ça dure’.

En mai 2021, il aurait détenu des options de vente sur plus de 800 000 actions Tesla. En octobre 2021, après que la valeur des actions de Tesla a augmenté de 100 %, il a révélé qu’il n’en vendrait plus à découvert.

Au deuxième trimestre de 2021, a-t-il déclaré, il détenait près de 30 millions d’euros d’options de vente sur l’indice d’innovation ARKK ETF géré par Ark Invest.

Michael Burry dans sa vie privée

vie privée

Dans la vie privée, Michael Burry est marié et a des enfants. Jusqu’aux dernières nouvelles, il vit actuellement à Saratoga, en Californie. Quelques années de cela, son fils subit un diagnostic, révélant qu’il a le syndrome d’asperger. Burry pense qu’il a lui aussi ce syndrome.

━ Articles populaires

━━━━ Articles dans la même catégorie